Le Lensois Normand

Tome 2

Les Chemins de Fer des Mines de Lens (3)

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 6 août, 2010 @ 18:31

 Le petit train Lens-Violaines

       Certains l’appelaient le petit train pour le différencier des lignes S.N.C.F. mais il y avait sept ou huit wagons quand même ! Il fut mis en service dès la fin du XIXème siècle pour transporter les mineurs qui habitaient dans les communes environnantes.

         Le petit train s’arrêtait dans tous les villages : Lens, Lens Grand Condé, Vendin fosse 8, Pont-à-Vendin rivage, Wingles, Douvrin, Auchy-les-Mines et La Bassée. Entre La Bassée et Lens, le trajet durait environ une heure. Les Mines de Lens employaient du personnel pour fleurir et entretenir les quais de gare. Tous les quais étaient fleuris, les haies soigneusement taillées, le parcours du petit train était très coquet, bien arrangé.

         Les gares de Vendin, Wingles, Douvrin et Violaines :

vendin.jpg

wingles02.jpg

douvrin.jpg

violaines.jpg

 A Lens, partant de la Gare Sainte Elisabeth, la ligne franchissait la rue Bollaert par un pont supérieur :

ruebollaert.jpg

  A ce sujet, il est encore possible d’apercevoir auhourd’hui un train sur ce pont ! Sur le site officiel de la Ville de Lens, il est diffusé des archives dont une sur le patrimoine des Mines de lens. On y voit furtivement un train franchir le pont de la rue Bollaert. C’est ici : http://www.villedelens.fr/Le-patrimoine-des-Mines

  Les vidéos diffusées dans cette page sur l’histoire de la ville sont passionnantes et pleines d’enseignements. Bravo au service des archives de Lens d’avoir pensé à les diffuser.

     Puis le train passait au dessus de la rue Elie Remaux (encore appelée à l’époque de la photo Avenue du 4 Septembre prolongée) :

rueremeaux.jpg

 Aussitôt franchi ce pont, dans les jardins des Grands Bureaux existait un quai baptisé « Quai de l’Impératrice » en souvenir de la visite à Lens de l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.

Sur cette photo, on voit sur la droite la ligne de Chemin de Fer menant à la fosse 2. La croix marque l’emplacement du Quai de l’Impératrice.

grandsbureaux.jpg

 Aujourd’hui, il ne reste de visible que les marches qui menaient à ce quai (merci à Christian de Liévin pour la photo) :

marchesquaiimperatrice.jpg

 Puis, cette ligne traversait les Rues du Pôle Nord (Souvraz aujourd’hui) et de Londres par des ponts supérieurs que l’on voit ici peu de temps après leur construction au début des années 20 :

pontruepolenord.jpg

pontruedelondres.jpg

 Puis elle rejoignait la fosse 2 et la gare du Grand Condé par l’emplacement exact où se trouve aujourd’hui la rue Hector Laloux.

ruelaloux.jpg

 Au Grand Condé (fosse 2) : l’emplacement de la gare aujourd’hui, juste au droit de l’arrêt de bus. Le pelouse que l’on aperçoit derrière était la plateforme de la voie ferrée qui s’en allait ensuite rejoindre Vendin.

grandcond.jpg

     Au fil du temps le petit train était devenu indispensable, Beaucoup de jeunes prenaient le train quotidiennement pour aller à l’école ou travailler à Lens. D’autres pour aller aux marchés des mardis et vendredis, d’autres encore pour assister aux matches du Racing Club de Lens. Le train se composait de petits compartiments avec des bancs disposés face à face ou des compartiments plus grands avec un banc de chaque côté et des piliers métalliques pour que les gens debout puissent se tenir. Certains montaient même leur vélo dans un wagon spécial et faisait une partie de leur trajet en train puis à vélo. En général le wagon à vélos était juste derrière la locomotive. Les trains étaient vert foncé mais avec la poussière de charbon et la vapeur, la couleur se ternissait. Chaque portière de wagon avait une glace verticale commandée par une sangle à la manière d’un store.

     C’était une petite voie minière mais il y avait tout de même une sélection parmi les voyageurs avec le système des premières et secondes classes. Il y avait le ticket individuel et la carte d’abonnement comme à la S.N.C.F, mais pour les mineurs et leur famille, c’était gratuit !

     Le train desservait les fosses pour transporter le personnel mais aussi des marchandises et en particulier du charbon. Le transport des voyageurs était plutôt accessoire. Le plus gros du trafic était consacré aux marchandises. Le service voyageurs du petit train s’est arrêté vers 1958, en remplacement, un réseau d’autobus a très vite était mis en place. Le trafic des marchandises a continué jusque la fin des années soixante-dix et même peut être jusqu’au début des années 80..

   Les ingénieurs des Mines, eux, se déplaçaient avec la draisine. Dans les gares, lorsqu’on voyait arriver une draisine, on savait qu’un cadre voyageait. Les draisines étaient des engins carrés dotés de sièges confortables, ce sont les autorités qui les empruntaient.

 

7 commentaires »

  1. CADART dit :

    Merci Claude pour la sauvegarde du souvenir de cette ligne de chemin de fer qu’ont bien connus mes ancêtres.
    Il habitaient rue de la Perche, rue parrallèle à la voie ferré et Citée Mayeux, ils voyaient passer le train tous les jours et l’ont même utilisé.

    Un souvenir d’autant plus important pour ma famille puisque la soeur de mon père, Odile Cadart est tombée de ce train le 26 août 1929 et n’a pas survécu à ses blessures, elle avait 3 ans. Elle se rendait sur la tombe de sa soeur décédée 1 moisplus tôt. Un souvenir qui marque!

    Merci encore
    Michel

  2. lechtimi62800 dit :

    Un bonjour de Liévin Claude et bonne continuation pour le second blog, je ne t’oulie pas pour les photos du stade Garin, Amitié Liévinoise mon Ami.
    Christian.

  3. Marcel PROFFIT dit :

    Bonjour,
    Félicitations pour cette idée formidable de rappeler l’existence de ce petit train des mines.Je l’ai emprunté de nombreuses fois, tout seul, à partir de la gare de VENDIN FOSSE 8 pour aller chez mes grands-parents qui habitaient à la cité de la Verrerie à WINGLES.J’avais alors 7 / 8 ans, eh oui à cette époque les parents pouvaient encore mettre leurs enfants seuls sur le train sans risque. Et qu’est-ce que le gamin que j’étais à l’époque était fier de montrer sa carte de circulation à son père qui poinçonnait les billets à l’entrée des quais de la gare du 8. Que de souvenirs remémorés grâce à votre site.
    Merci encore.
    Marcel du Morbihan.

  4. Hainaut Alain dit :

    la photo de la gare de vendin le viel estcelle de pont a vendin .

    la photo de la gare de douvrin est celle de vendin le viel. la gare de douvrin possède 2 lucarnes rempantes
    au lieu de trois comme a vendin le viel.

  5. Hainaut Alain dit :

    correction
    la gare de douvrin est identique a la gare de vendin le viel uniquement coté rue elle se différencie coté voies
    par le nombre de lucarnes deux de chaque coté du corps du batiment principal pour douvrin est trois pour vendin le viel la photo serait bien celle de douvrin.

  6. kramaczyk dit :

    bonsoir Claude
    je vous félicite une nouvelle fois pour votre blog que j’ai découvert part l’intermédiaire de FB si tu es de Lens si….
    je me permets de vous solliciter pour savoir si vous auriez des articles relatant le remblaiement de cette voie de chemin de fer, car on suppose qu elle a été remblayée par les tours de la ZUP avec peu être un risque d’amiante dans le sous sol et la municipalité veut y construire des logements
    merci de votre réponse
    bonne soirée
    jpkramaczyk@yahoo.fr

  7. jean francois dit :

    bonjour,
    je tenais à vous apporter un élément supplémentaire dans le détail historique sur Lens.
    J’ai vu la démolition en février 1993 du pont des houillères de l’avenue du 4 septembre.
    Merci encore pour ce blog

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

De la guerre dans l'art, de... |
Anglais pour non-spécialist... |
videohistgeo6eme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lelampiste
| histgeo4emelaprovidence
| Le blog de la réserve opéra...