Le Lensois Normand

Tome 2

Archive pour la catégorie 'Histoire'

Festival à Lens en 1907

Posté : 19 mars, 2011 @ 6:46 dans Histoire, Lens | 3 commentaires »

  Ce sont les 23 et 24 juin 1907 qu’a lieu à Lens un grand festival réunissant une compétition internationale de gymnastique, des représentations musicales et un concours photographique.

  Deux ans avant, les 11 et 12 juin 1905, une grande fête de la gymnastique avait déjà été organisée et servit de répétition générale à celle de 1907. On voit ici la tribune officielle de 1905.

190707.jpg

  En 1907, des cortèges se forment dans la rue de la Gare où la foule endimanchée assiste au défilé des sociétés de gymnastique et des fanfares.

190705.jpg

  La ‘fanfare ouvrière municipale’ de Lens, créée en 1896 par le syndicat des mineurs participe bien sur à la fête avec sa centaine de musiciens.

190706.jpg

  C’est sur la place de la République qu’ont lieu les représentations : sur cette photo on peut voir la fanfare sur le kiosque et une représentation de gymnastique sur la tribune à gauche.

190701.jpg

  Le concours international de Gymnastique a réuni 259 sociétés et plus de 12000 athlètes. Il est très difficile de trouver d’autres renseignements sur cette fête à part cette annonce trouvée dans ‘Le petit Parisien’ qui indique que ce concours sera doté de 15 000 francs de prix et de primes.

190708.jpg

  En souvenir et pour récompenser leurs efforts, les participants reçoivent une médaille en bronze comme celle que possède encore notre amie Amélia et qui lui provient de son grand père Pierre DEVAUX.

190703.jpg

  Des souvenirs de cette fête ont aussi été édités sous forme de cartes postales. Elles unissent ce festival au monde de la mine puisqu’elles représentent des images de Lens mais aussi d’une fosse et de mineurs.

190702.jpg

  Une autre carte avec la photo d’Emile Basly, Député-Maire de Lens à l’époque.

190704.jpg

  Article réalisé avec la collaboration du service des archives de la Ville de Lens, l’autorisation de Gauhéria (à lire : Lens en Cartes Postales Anciennes, Dossier de Gauhéria n°2). Un merci aussi à Amélia, notre hispano-lensoise, pour la photo de la médaille.

MICHELET par Christian Daubresse

Posté : 16 mars, 2011 @ 6:39 dans Histoire, Lens, Les amis | 11 commentaires »

 Monsieur Christian Daubresse, qui fut Conseiller Municipal à Lens, a été longtemps enseignant au Collège Michelet, Boulevard Basly. Il a été mon professeur au début des années 60. Nous nous sommes retrouvés cet hiver par l’intermédiaire de Maurice Dhédin : un jour j’ai un message de sa part me disant l’intérêt qu’il porte à mes articles. Depuis, nous correspondons régulièrement. J’ai alors eu l’idée d’inverser les rôles : pour une fois, j’ai demandé à mon ancien prof de rédiger un devoir, une rédaction comme nous disions en 1965. Le thème : l’Établissement Scolaire qu’il a longuement fréquenté : Michelet. Quoi de plus normal. Alors, voici son devoir. La note sur 20 ????? A vous de décider mais ne soyez pas trop sévère, M. Daubresse était très indulgent avec nous.

imgp0396.jpg

 Pour comprendre comment le collège Michelet est né, il faut un recul de quelques années : avant la 2ème guerre mondiale, les locaux du boulevard Basly abritaient une «ECOLE PRIMAIRE SUPERIEURE » : on y préparait au Brevet Élémentaire en 4 ans (de la 6ème à la 3ème ) uniquement des garçons. Pour les filles : c’était Campan. Filles et garçons dûment «brevetés» se retrouvaient en seconde pour préparer le brevet supérieur (aujourd’hui disparu, comme le «certif », que certains regrettent) !!! Dans le bassin minier, il n’y avait pas de lycée, et, pour passer le fameux bac, il fallait aller à Béthune ou Arras : inutile de préciser que çà coutait cher, et incitait très peu de jeunes des deux sexes à poursuivre leurs études. J’ai toujours dans mon portefeuille un article du journal «Le Monde» qui rappelle qu’en 1950 4% d’une classe d’âge étaient bacheliers. Un petit calcul: 4 à 500 000 naissances l’année donnaient environ 20 à 30000 titulaires du bac.(à comparer avec les 600 0000 bacheliers chaque année actuellement)

condorcet1933.jpg 

En 1933, c’est ‘Ecole Condorcet’ qu’il est inscrit sur le fronton du bâtiment

C’est le Général De Gaulle qui a transformé l’ENS de LENS en LYCEE.

C’est ainsi qu’en 40, de retour d’exode, j’ai dû passer 3 examens: le certif, le concours d’entrée en 6ème et, plus surprenant, un examen pour obtenir une BOURSE ROYALE de 900francs par an!!! Ceci jusqu’en première où, faveur suprême on m’a indiqué, qu’étant donné mon bon travail, on m’accordait une non moins royale augmentation: je «GAGNAIS» 1080 frs toujours par an: je me souviens que ma mère m’achetait une blouse grise!!! Je suis passé en seconde après la Libération

Et je suis ainsi devenu membre de la 1ère corporation des jeunes qui ont pu passer le BAC à Lens!!!

En 1959, la construction du nouveau Lycée Condorcet a été terminée et les locaux du boulevard Basly sont restés vides un an.

En résumé , en 1959, existent à Lens le lycée, un cours complémentaire de filles, Campan, et un cours privé construit je ne sais plus en quelle année: Sainte Ide (NB : Le Collège Sainte Ide existe depuis 1931 et a été crée sous l’impulsion des Ingénieurs des mines de LENS).

A la rentrée de 1960, je suis nommé à Michelet, sans avoir demandé quoi que ce soit: « MICHELET, c’est quoi ,ce machin? ». Telle a été ma réaction: je suis allé Boulevard Basly un jour avant la rentrée, et le « dirlo» que j’ai vu, (et que je connaissais bien) m’a expliqué qu’avait été créé un collège (pendant les vacances) et qu’il avait du passé 2 mois à recruter des élèves. Qui étaient ces élèves des gosses qui avaient passé à 14 ans le certificat d’études primaires, d’autres avaient été un an au lycée et ne s’étaient pas adapté d’autres encore avaient «glandé» sans rien faire!!! En tout environ 300 ados qu’il fallait essayer de remettre dans le circuit….

Alors a commencé une tache exaltante, car ces gosses dont les profs s’occupaient avec une certaine passion, étaient très intéressants! Nous, les enseignants, nous avons vraiment travaillé avec plaisir, car nous étions une équipe de vrais copains, nous nous passions nos fiches de travail, nous échangions nos idées, nos observations sur les élèves et j’ai passé à Michelet 23 ans formidables.

1977.jpg

Une classe de M. Daubresse vers 1970

Après 60, le collège est devenu collège d’enseignement général, (C E G), puis C E S (collège d’enseignement secondaire, puis collège unique HABY: les ministres adorent faire des réformes qui ne coûtent rien et qui ne servent strictement à rien!!! Les vrais enseignants, ceux qui aiment leur métier se foutent des réformes et cherchent avant tout l’intérêt des gosses qui leur sont confiés.

En 1964 ou 65, les écoles primaires nous envoyaient des élèves issus de CM2 , mais tous les élèves n’entraient pas en 6ème. Il faudra attendre quelques années encore pour arriver à la situation actuelle: la scolarité obligatoire jusque 16 ans et donc tous au collège, (même ceux qui ne savent pas lire ni écrire correctement) et, évidemment, des dépenses folles pour essayer de récupérer certains d’entre eux.

1975profs.jpg

Le groupe des professeurs vers 1970

La Muse de 1951, quelques précisions

Posté : 12 mars, 2011 @ 3:36 dans Histoire, La Mine, Lens | 1 commentaire »

  J’ai dernièrement acheté sur un site de ventes aux enchères (DELCAMPE) un journal de 1951 dans lequel on trouve une double page sur le couronnement de Yvette Sarazin, la Muse des Mineurs. J’y ai trouvé quelques précisions sur cette fête.

  On pourrait même dire sur ces fêtes car le couronnement eut lieu sur deux dimanches. Le 24 juin, tout était prêt pour le fête. La Muse arriva dans une somptueuse voiture blanche :

new02.jpg

   Malheureusement la pluie diluvienne qui s’est abbatue sur Lens ce jour là amena les organisateurs à reporter toutes les manifestations prévues l’après midi (fête au Stade Bollaert, défilé des chars et fête de nuit). Donc, la fête du couronnement eut lieu, pour les manifestations prévues le matin, le 24 juin et pour les autres le 1er juillet.

new01.jpg

  Maria Godart, la Muse de 1913 etait arrivée dans ce véhicule Renault d’époque.

new03.jpg

  A la mairie, Le Docteur Ernest Schaffner, Maire de Lens, offrit des fleurs et des présents à la Muse et à ses demoiselles d’honneur. A la droite de M. Schaffner, Mme Maria Godart.

new04.jpg

  Ce journal narre ensuite que la Muse fut fêtée aussi à « la Commune Libre du Boulevard », certainement une association de commerçants du Boulevard Basly. Puis, elle a certainement du rentrer chez elle et attendre le dimanche suivant !

  Autres précisions apportées par cet article : l’organisateur de cette fête était la « Solidarité des Ingénieurs, Ouvriers et Employés du Groupe de Lens » et Yvette Sarazin était bien téléphoniste à la fosse 9 de Lens.

Les Pompiers de Lens (6)

Posté : 28 février, 2011 @ 7:31 dans Histoire, Lens | 2 commentaires »

 Pour terminer (provisoirement, j’en suis sur) ces articles sur les pompiers de Lens, quelques photos de groupe réalisées à différentes époques. Ces photos m’ont été transmises par Alain Hainaut, Maurice Dhédin et Aurélie David du Service des Archives de la ville de Lens.

 En 1904, ils sont 96 à poser devant le photographe :

gr0001.jpg

 Celle ci date de 1913 à l’occasion de la remise de la Légion d’Honneur à Gustave Spriet. Celui-ci est accompagné des dirigeants de la Compagnie et de membres de sa famille:

gr0002.jpg

Nous passons ensuite à 1924. Sur cette photo de groupe devant un véhicule d’intervention de compétition se trouve Pierre-Guislain HENNEAU , le grand-père maternel de Maurice Dhédin (au premier rang le 1er à droite) :

gr0003.jpg

Il se trouve aussi sur cette autre document (4è rang, 3è de droite) représentant l’effectif à la période de l’ouverture de la nouvelle caserne

gr0004.jpg

D’autres groupes datant des années 40/50 :

gr0005.jpg

gr0006.jpg

Sur ces photos doivent figurer des pompiers que l’on me demande de citer : Edouard Cornille, Maurice Hainaut, R. Rether, Louis Debove, Désiré Ballart, Paul Ballart, Marcel Dardillac, Albert Gillot, Mr Maison, les frères Taest, Mr Hogewich, Mr Ménar chauffeur d ‘ambulance.

L’avant dernière photo a servi d’illustration pour un article de Nord-Matin en 1949 ayant pour titre : La Clique des Sapeurs Pompiers. Voici cet article :

clique49.jpg

Enfin, quelques groupes de pompiers devant des véhicules d’intervention :

gr0008.jpg

gr0007.jpg

Les Pompiers de Lens (5)

Posté : 28 février, 2011 @ 7:31 dans Histoire, Lens | 1 commentaire »

 Toujours des photos et des articles de presse concernant le corps des sapeurs-pompiers qui est toujours présent lors des manifestations lensoises.

 D’abord, les « officielles » : ici, au Monument aux Morts lorsqu’il se trouvait encore Place du Cantin, un jour de 11 Novembre dans les années 50 : à la droite de M. Ernest Schaffner, Maire de Lens se trouve Monsieur Maurice Richard, Commandant de la Compagnie.

po001.jpg

Toujours M. Schaffner et le Préfet devant le porte-drapeau des sapeurs-Pompiers.

po002.jpg

Autre manifestation au même endroit avec cette remise de gerbe

po003.jpg

Après la manifestation, les pompiers retournent en défilant à la caserne (photo de Alain Hainaut).

po004.jpg

Sainte Barbe qui est la Sainte des Mineurs est aussi celle des pompiers. La Compagnie de Lens a toujours fété cet événement dans la bonne humeur.

Voici deux articles de presse relatant les banquets de la Sainte Barbe dans les années 60 (toujours transmis par A. Hainaut)

po005.jpg

po006.jpg

Enfin, les interventions des pompiers étaient parfois plus sympathiques comme celle ci où les trois volontaires assureront leur service lors de l’élection de Miss Presse organisée par La Voix du Nord.

po007.jpg

Les Pompiers de Lens (4)

Posté : 25 février, 2011 @ 6:37 dans Histoire, Lens | 2 commentaires »

 La Caserne Spriet dans les années 50

Voici, transmises par Aurélie David du Service des Archives de la Ville de Lens, quelques photos de la caserne de l’Avenue R. Briquet dans les années 50 :

L’entrée et la tour de manœuvre :

caserne195003archville.jpg

Les bâtiments administratifs :

caserne195002archville.jpg

Les garages :

caserne195004archville.jpg

La cour (on aperçoit au fond le lycée Condorcet) :

caserne195001archville.jpg

Le Ford 798T :

Alain Hainaut semble tout connaître sur les Pompiers de Lens. Il faut dire que son père, Maurice, a fait parti pendant longtemps de la Compagnie.

Sur cette photo qu’il nous envoie datant des années 50, on aperçoit derrière les dix pompiers en tenue un camion de marque Ford.

0110pompiers.jpg

Il s’agit du Ford 798T «turbincendie» qui équipa la Compagnie de Lens de 1947 à 1960 (photographié ici au Musée du Charronnage au car à Vanosc dans l’Ardèche)

01ford798t.jpg

Alain a même reconstitué lui-même les plans de ce camion de légende :

01fordplan.jpg

Le Casque des Pompiers Lensois :

Toujours transmis par Alain, le casque de pompier de la Compagnie de Lens.

01casque.jpg

Présentation des véhicules :

Photo prise dans la cour de la caserne en 1993 :

011993.jpg

Photo prise au Stade Bollaert lors de la Coupe du Monde de Rugby en 2007 :

01bollaert.jpg

Les Pompiers de Lens (3)

Posté : 25 février, 2011 @ 5:52 dans Histoire, Lens | Pas de commentaires »

 Quand le Caporal Hardy se fache

Le Caporal Hardy faisait parti du Corps des Sapeurs Pompiers de Lens tout au début du XXème siècle. Il venait de Tourcoing. Le voici dans le groupe des Pompiers de Lens de 1904.

hardy001.jpg

Ce jour là, les pompiers de Lens furent appelés pour le feu d’une meule de foin dans les haras du Grand-Condé que possédait Maître Tacquet (Notaire à Lens et gendre d’Elie Remaux, Directeur de la Compagnie des Mines).

Attiré sans doute par la curiosité, un certain Rougerie qui occupait les fonctions de Secrétaire Général à la Mairie de Lens, se rendit sur les lieux. Sans doute s’approcha t-il trop près du lieu du sinistre qu’il reçu malencontreusement un tuyau d’arrosage dans les jambes. Ce tuyau, manipulé par notre ami Hardy ne le blessa certainement pas physiquement mais plus vraisemblablement moralement puisque ses vêtements et chaussures en furent souillés, ce qui était gênant pour les fonctions qu’il occupait.

Rougerie, sans doute vexé et fâché, insulta alors le caporal Hardy. Il le traita de « va-nu-pieds, cochon et ivrogne », le menaça de lui  »donner de la canne sur la gueule ». Hardy laissa dire, ne s’occupant que de son devoir de pompier, mais quelques jours plus tard lui adressa une lettre ouverte qui fut diffusée dans la presse locale.

Il choisit plutôt l’humour pour ridiculiser le dénommé Rougerie, lui indiquant qu’on ne vient pas sur les lieux d’un incendie avec « des souliers vernis » et en « tenue de gala quand on a peur de se salir » et que même sans sa présence, le feu aurait été éteint. Il profite de cette lettre pour défendre l’honneur de toute la corporation des Pompiers de Lens.

Voici, publié dans « L’Action Syndicale « du 2 octobre 1904, l’intégralité de la lettre du Caporal Hardy :

hardy002.jpg

Une vache dans le canal

Autre intervention sortant de l’ordinaire, ce document que nous a envoyé Alain Hainaut. Un article de la presse locale relate qu’en février 1956, les pompiers ont été appelés pour repêcher le corps d’un animal dans le canal. C’est une fois remontée sur le Chemin du Halage que les curieux s’aperçurent qu’il s’agissait en fait d’une … vache.

1956vache.jpg

Les Pompiers de Lens (2)

Posté : 24 février, 2011 @ 7:26 dans Histoire, Lens | Pas de commentaires »

 Une grande figure chez les pompiers de Lens : Gustave Spriet

Gustave Auguste Henri Spriet est né à Lens le 20 juin 1858 dans une famille de 9 enfants dont père fut maire de Lens de 1868 à 1871. Celui ci se fit construite après la guerre de 1870, entre le Boulevard des Ecoles et la gare, pas loin de sa fonderie, un véritable petit château qui rappelait certaines demeures seigneuriales du 16èmè siècle. A cet endroit existent aujourd’hui les rues Gustave Spriet et de la Fonderie.

rues.jpg

Ce château fut entièrement détruit pendant la guerre 14-18.

chateau.jpg

Gustave Spriet était propriétaire d’une grande fonderie à Lens. Marié le 7 juillet 1883, il eut 2 filles Céline et Lydie.

Très croyant, il était surnommé « Le calotin » par les syndicats (voir l’Action Syndicale du 2 mars 1907).

Il fut enrôlé dans la compagnie des Sapeurs-Pompiers de Lens par Léandre Douez en 1881. Rapidement, il monta les échelons : sous-lieutenant en 1883, capitaine en 1885.

duezsauvagespriet.jpg

Sur cet extrait de photo de groupe de 1904, Léandre Douez, Paul Sauvage (propriétaire du Théâtre de Lens) et Gustave Spriet. 

Par décret du 9 août 1913, il fut fait Chevalier de la légion d’Honneur.

legionhonneur.jpg

Le document officiel

spriet1913.jpg

Photo « de famille » en 1913 lors de l’attribution de la Légion d’Honneur à Gustave Spriet

Il prit une part active au secours de la population lors de l’occupation de Lens dès 1914 avant d’être, comme d’autres personnalités de la ville, pris en otage en 1915.

letemps1915.jpg

Exemplaire du journal « Le Temps » du 7 mars 1915 relatant la prise d’otages de notables de Lens par les Allemands

Le 19 janvier 1929, il est nommé Inspecteur Départemental et établit de nombreux rapports de ses visites lors des réunions du Conseil Général.

Il termine sa carrière en 1933 et décède à Lens en 1935. Par délibération du Conseil Municipal du 5 novembre 1935, la caserne de l’Avenue Raoul Briquet est appelée « Quartier Gustave Spriet ».

quartierspriet.jpg

Les Pompiers de Lens (1)

Posté : 20 février, 2011 @ 7:36 dans Histoire, Lens | 4 commentaires »

     Voici présenté aujourd’hui un premier article sur «La Compagnie des Sapeurs-Pompiers de Lens». D’autres suivront car de nombreux documents m’ont été transmis par des internautes. C’est pourquoi je remercie surtout Alain HAINAUT pour l’abondance et la qualité de ses informations et Maurice DHEDIN pour ses photos. Merci également à l’association GAUHERIA qui m’a autorisé à puiser des informations dans ses publications et notamment le dossier n°8 «La Renaissance de Lens» de Madame Ginette Haÿ.

logo1913.jpg

 En-tête de courrier des Pompiers de Lens au début du XXème siècle

    La Compagnie des Sapeur-Pompiers de Lens est créée le 11 janvier 1852 sous le commandement du Capitaine Roussel-Delabre. Elle est alors dotée de pompes à bras qui, faute de caserne, sont remisées dans les dépendances de la Mairie, sur la Grand-Place.

mairie1900.jpg

La mairie de Lens vers 1900

     En 1876, sous le commandement de Monsieur Hugot, l’effectif est de 76 hommes.

    En 1881 Monsieur Léandre Douez, Lieutenant et pâtissier à Lens, crée au sein de la Compagnie une équipe de gymnastes (obligatoire car inscrite dans le règlement général des corps de sapeurs pompiers) avec 33 de ses camarades. L’année suivante, il recrute Gustave Spriet, fils d’Henry Spriet, Maire de Lens de 1868 à 1871, et Paul Sauvage, propriétaire du théâtre situé rue de la Gare.

landredouez.jpg

 Léandre Douez

  En 1885, Gustave Spriet est nommé capitaine et prend la direction de la Compagnie.

sprietgustave.jpg

Gustave Spriet 

    En 1898, la Caisse d’ Epargne est construite à l’emplacement de la tour de manœuvre des pompiers.

    En 1900, tout près de là sur la Place de la République, une caserne est érigée selon les plans de l’architecte Joseph Baert. Elle se situe sur le terrain de l’ancien corps de garde. Une nouvelle tour de manœuvre maçonnée voit alors le jour derrière le bâtiment.

caserne1.jpg

    La même année, la compagnie (qui compte une centaine d’hommes) est récompensée dans de nombreux concours dont l’exposition universelle de Paris.

    En 1911, Felix Bollaert, Ingénieur aux Mines de Lens, offre à la Compagnie une moto-pompe, engin encore très rare en France à l’époque.

    Deux ans plus tard, le même homme fait don cette fois d’une échelle aérienne.

    En 1913, une loi interdit aux pompiers d’être armés.

   Un an plus tard, c’est la guerre, Lens est occupé. Gustave Spriet, démobilisé, reste cependant comme volontaire avec 8 autres pompiers lensois. Il le restera jusqu’en 1916 lorsqu’il sera pris en otage par les Allemands.

   Six pompiers de Lens sont tués aux combat lors de la première guerre mondiale.

   En 1918, c’est la libération de la ville : la caserne, comme tous les autres bâtiments de Lens est totalement détruite.

apres1418.jpg

Les ruines de la Caserne et de la Caisse d’Epargne

    C’est en 1921 qu’à l’appel de Gustave Spriet et avec l’aide du sous-lieutenant Maurice RICHARD, le corps des Sapeurs-Pompiers de Lens est reconstitué. Il trouve asile dans une demi-lune Avenue du 4 Septembre «puis dans un ancien dépôt de d’une entreprise de déblaiement» nous précise Ginette Haÿ.

lune4septembre.jpg

Les demi-lunes de l’Avenue du 4 Septembre identiques à celles où la caserne avait trouvé asile

    En 1922 est créée la Caisse d’Entraide des Sapeurs Pompiers où Madame Daubresse, cantinière, sera une bénévole très active.

    En mars1923, un banquet suivi, comme le veut la tradition, de l’habituelle remise de médailles, est organisé pour fêter la renaissance de la Compagnie.

    En 1926, la Compagnie de Lens devient Centre Principal du Pas-de-Calais. Elle est alors dotée d’un matériel moderne (deux motos-pompes, une auto-pompe, une grande échelle,…).

    C’est le 20 mars 1927 que la Compagnie, alors dirigée par le Commandant Maurice Richard peut intégrer ses nouveaux locaux, Avenue Raoul Briquet. L’inauguration a lieu en présence du Préfet, d’Emile Basly, Député-Maire de Lens, de Ernest Cuvelette, Directeur de la Compagnie des Mines de Lens et de nombreuses personnalités. Un banquet de 424 convives suivi d’un grand bal clôturent cette journée.

inaugurationcaserne2.jpg

 L’effectif au complet lors de l’inauguration de la nouvelle caserne (Photo transmise par Maurice Dhédin)

    La caserne est construite selon les plans de l’architecte Barthelet et a une superficie de 2300 m2.

   Beaucoup de pompiers volontaires habitent près de là, dans des corons de la rue Jules Guesdes, cité du Grand Condé, où les Mines de Lens mettent à leur disposition 16 logements juste après la fin de la Première Guerre. Cette rue est d’ailleurs munie d’une sirène.

rueguesdes01.jpg

Les corons des pompiers de la rue Jules Guesdes (photo transmise par Alain Hainaut)

     En 1935, après le décès de Gustave Spriet, l’hôtel des pompiers prend son nom de sur décision du Conseil Municipal.

    Depuis, de nombreux travaux ont fait de la caserne lensoise l’une des plus modernes de la région.

actuel01.jpg

    Cependant aujourd’hui, la caserne ne semble plus correspondre aux besoins nécessaires aux 125 pompiers lensois (dont 65 volontaires) qui font environ 9 000 interventions annuelles dont une grande partie est des secours aux personnes. Une nouvelle va être construite. Mais où ?

   Après avoir pendant longtemps envisagé la commune de Vendin, la décision pourrait être prise pour la construction de nouveaux locaux dans le quartier Van Pelt, derrière le commissariat.

   A suivre ….

La Muse de 1951, d’autres documents

Posté : 7 février, 2011 @ 9:16 dans Histoire, Lens | Pas de commentaires »

  C’est encore Alain Hainaut qui m’a fait parvenir ces documents. Lors de la fête de couronnement de la Muse en 1951, plusieurs chars avaient été constitués par des quartiers de Lens ou des associations. Les pompiers ont eu le leur, il représentait une scène de la bataille du Grand Condé :

mhainaut19512.jpg 

   L’un des soldats n’était autre que le grand père d’Alain, Maurice dont voici la photo prise avant le départ du défilé :

mhainaut1951.jpg

  Pour finir (provisoirement ?) sur ce sujet, l’affiche annonçant cette fête :

affiche1951.jpg

  Je suis toujours preneur de ce genre de documents dans le seul but de faire partager à tous ceux qui le désirent un peu de l’histoire de Lens. A ce sujet, je recherche des personnes pouvant me renseigner sur l’histoire de la société de bus : « LES TRANSPORTS EN COMMUN LENSOIS » afin de compléter les nombreux documents que m’a fait parvenir Martine CARPENTIER, fille de l’un des employés de cette compagnie.

 

12345...8
 

De la guerre dans l'art, de... |
Anglais pour non-spécialist... |
videohistgeo6eme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lelampiste
| histgeo4emelaprovidence
| Le blog de la réserve opéra...