Le Lensois Normand

Tome 2

Archive pour la catégorie 'Le Nord'

Les rescapés du Chili

Posté : 13 octobre, 2010 @ 8:17 dans Histoire, La Mine, Le Nord | 1 commentaire »

  Ce matin vers 5h10, Florencio Avalos, 31 ans, a été le premier mineur chilien à sortir au cours de l’opération de sauvetage à la mine de San Jose. 32 autres vont suivre ce chemin tracé par la nacelle pour retrouver enfin l’air libre, la famille, la vie ….

chili.jpg

Photo Reuters

  Tous les  »chtis » doivent aujourd’hui avoir une pensée pour tous les mineurs du bassin du Nord-Pas de Calais qui, eux, ne sont jamais revenus du trou. De la catastrophe de Courrières en 1906 à celle de Liévin en 1974, combien de mineurs ont laissé leur vie dans ces galeries qui, pour trop d’entre-eux, sont devenues leur tombeau ?

30marsrescaps.jpg

Les rescapés de Méricourt revenus à la surface 20 jours après la catastrophe

lievin74.jpg

Liévin : 27 décembre 1974

Le Pouvoir de la Presse

Posté : 23 août, 2010 @ 8:31 dans Le Nord, Lens | 5 commentaires »

  C’est avec ce titre que « La Voix du Nord » parle encore de mes blogs dans l’une de ses dernières éditions.

  Ceci prouve que les relations entre la presse et les blogeurs peuvent être très courtoises. Contrairement à l’AFP qui menace maintenant de faire fermer les blogs qui utilisent leurs articles au nom du ‘droit d’auteur’ (articles qui ne sont pourtant pas toujours de grandes oeuvres artistiques ou littéraires), la rédaction de La Voix du Nord a compris qu’aujourd’hui les groupes de presse feraient mieux d’accompagner les sites ou blogs d’information plutôt que de les combattre.

  Merci encore à la Voix du Nord pour ce nouveau coup de pub et … OK, on tente les 100 connections/jour même si la barre est haute.

claude001.jpg

  24 août 2010 : Le contrat n’a pas été rempli mais de très peu : 98 connections hier et plus de 250 pages visitées. Merci à tous.

Merci La Voix Du Nord

Posté : 27 juillet, 2010 @ 6:34 dans Le Nord, Lens | 1 commentaire »

    En tete de la page sur Lens de « La Voix du Nord » du lundi 26 juillet, cet article :

voixnord.jpg

    De nouveau, ce journal me consacre un petit article. Ca fait toujours plaisir de voir son travail reconnu.

    Merci dons à  « S.R. » d’avoir écrit ce billet très sympa et au journal pour l’avoir publier. Depuis hier, le nombre de connections-jour est passé de 25 à 60 environ.  Et n’oubliez pas, si vous trouvez des renseignements sur la boisson Riviera et son rapport avec Lens de me le signaler.

   Un autre merci aussi à Maurice DHEDIN, Conseiller Municipal délégué, pour la promo de ce blog qu’il n’hésite pas à faire autour de lui et pour les documents et photos qu’il m’a fait parvenir dont celle -ci qui doit dater du début des années 60 :

2010.jpg

Un journal de légende : « Narodowiec »

Posté : 3 juin, 2010 @ 8:29 dans Histoire, La Mine, Le Nord, Lens | 9 commentaires »

narodowieclogo.jpg

    Enfant dans les corons de Lens, mes copains s’appelaient Folet, Lambert, Gilles ou Buziaux mais aussi Michalak, Budchinski, Levandowski, Stakoviak ou Chaikowski. Lens et le bassin minier ont toujours été une terre d’accueil pour les étrangers. Je ne parle pas des Espagnol ou des Prussiens, venus chez nous pour y faire la guerre mais les premiers vrais « immigrés » étaient polonais.

  Venus dès la fin du 19ème siècle et surtout après la Première Guerre, les Polonais, courageux et travailleurs, s’intégrèrent rapidement à la communauté minière.

  Certes, ils avaient leur pratiques, leurs églises, leurs commerces, leurs musiques (le plus célèbre d’entre-eux, Stephan Kubiak voir ici l’article sur lui : http://chti76.unblog.fr/2008/10/21/lensois-celebre-stephan-kubiac/, leur cuisine (j’adore les metka)…. mais tout cela, il le partagèrent rapidement avec les lensois au point de se confondre rapidement dans la société et d’y devenir indispensables. Si l’histoire de Lens est celle qu’on nous narre aujourd’hui, c’est aussi parce qu’elle a été faite avec les Polonais, et ce pas seulement pour la gloire du RCL (rappelez vous entre autre, Placzek, Budzinski, Biéganski, Sowinski, Kosso, Théo puis plus tard les frères Lech, Krawczyk, etc ..).

  La communauté (je n’aime pas trop ce mot qui sent le renfermé alors que c’étaient des gens très ouverts) polonaise avait aussi SON journal : Narodowiec, ce journal imprimé à Lens est une véritable légende, un incroyable quotidien en langue polonaise qui était lu chaque jour par près de 60 000 abonnés ! C’était le second quotidien du bassin minier derrière La Voix du Nord. Il avait des abonnés aussi à l’étranger (Belgique, Hollande, Angleterre et même USA).

numero1.jpg

Photo parue dans « La Voix du Nord » à l’occasion du centenaire du journal

  Dans ses années de gloire, Narodowiec proposait jusque 32 pages écrites par une véritable équipe de journalistes passionnés de leur nation d’origine. On pouvait y lire des nouvelles de tout le nord de la France, de Paris, de la France entière, du Benelux ; et puis aussi toutes les rubriques d’un quotidien « normal » : politiques, sociales, financières, agricoles, médicales, culturelles.. Il y avait aussi le courrier des nombreux lecteurs, un feuilleton et des BD.

 bd.jpg

Style de bande déssinée du journal

nimbus.jpg

On y trouvait même les aventures du Professeur Nimbus qui faisaient aussi notre bonheur à nous dans La Voix du Nord.

    C’est dans la rue Émile Zola qu’étaient installées les presses rotatives: 80 salariés y travaillaient pendant six jours et six nuits pour boucler à temps le journal distribué par 200 colporteurs dans les années d’après-guerre ! Dès six heures du matin, les bureaux de la rédaction ouvraient, à 14 heures, le journal était déposé en gare de Lens et d’Arras tandis que dans les corons les plus proches, les mineurs polonais trouvaient le Narodowiec daté du lendemain !

Le créateur du journal : Michal Kwiatkowski.

   Journaliste au début du XXe siècle dans la partie de la Pologne occupée par la Prusse ; Nationaliste convaincu, résistant. Il fut emprisonné pour ses écrits échappa à plusieurs tentatives d’assassinat.

   Le 2 octobre 1909, il crée et fait paraître le premier numéro de Narodowiec à Herne, en Westphalie. Il deviendra, ainsi que son épouse, député de la diète polonaise.

1924 : Les polonais viennent par milliers chercher du travail dans les mines. Narodowiec émigre en France et s’installe à Lens en 1926. Une aubaine pour ces familles qui ne parlent pas un mot de français Il arrive déjà à 36 000 lecteurs.

  En 1940, Narodowiec appelle à la constitution d’une armée polonaise en France de 100 000 hommes. A l’arrivée des Allemands en Artois, le journal disparaît. Il ne reparaîtra qu’à la Libération. Michal Kwiatkowski est devenu vice-président de l’assemblée nationale polonaise en exil à Londres : le journal est maintenant anticommuniste, contre le pouvoir qui s’est installé à Varsovie.

Dans les années 50, près de 60 000 exemplaires sont vendus par jour

   En 1966, Michal décède et c’est son fils Michel qui reprend le journal aidé de son épouse, Eliana.
  En 1989, cette formidable aventure de presse prend fin : de 57  000 lecteurs dans les années 50, Narodowiec n’en avait plus que 6 000 trente ans plus tard. Il faut dire que la conjoncture était devenue mauvaise : les puits de mines fermés, la vie devenait plus difficile pour les retraités et, surtout, les jeunes générations de la Polonia ne parlaient de moins en moins la langue d’origine. L’Avenir de l’Artois crée alors sa page mensuelle de la communauté franco-polonaise, « Nowa Polska », une façon de perpétuer l’esprit du quotidien.

steelisabeth2.jpg

  Le 2 octobre 2009 en l’église du Millénium, Route de Béthune à Lens, une grande exposition a eu lieu pour commémorer les 100 ans de la première parution de Narodowiec.

Les Retrouvailles après 38 ans !

Posté : 24 mai, 2010 @ 11:44 dans Le Nord, Les amis | 3 commentaires »

 38  ans !!! Ca faisait 38 ans que l’on ne s’était pas vu. Et grace à Internet et à Copains d’avant, nous nous sommes retrouvés. Chacun a eu sa vie, ses joies, ses malheurs et chacun était parti sur sa route.

Certe, nous nous étions recherchés, nous qui au tout début des années 70 étions inséparables ! Mais rien n’y faisait. Et puis là, on s’inscrit tous les deux sur Copains d’Avant et … c’est le miracle. Chez les ch’tis, le temps ne peut effacer l’amitié !

On a alors décidé de passer un week end ensemble. Formidable : que de souvenirs nous sont revenus en tête, notre jeunesse, nos « conneries », nous qui tout en travaillant avec sérieux, aimions nous amuser et faire la fête. Il a la mémoire des noms, moi celle des visages et à chaque fois qu’il prononçait un nom, une petite lumière s’allumait dans ma mémoire. On s’est presque tout dit mais comme on ne peut narrer 38 ans de vies en un seul wek end, on a décidé de se revoir ….. mais pas dans 38 ans : on n’a plus le temps !

 retrouv.jpg

Les traits se sont marqués, les corps se sont arrondis, les cheveux (ceux qui restent) ont changé de couleur mais le plaisir de se retrouver a été immense.

l’Hôtel Régina encore

Posté : 15 avril, 2010 @ 9:04 dans Histoire, La Mine, Le Nord | 2 commentaires »

  Notre ami Christian de Liévin (http://lechtimi62800.skyrock.com/) m’a fait parvenir un extrait d’un « Relais » de septembre 1982 (journal des HBNPC qui avait remplacé notre bon vieux « Notre Mine) avec de superbes photos sur le Centre de Vacances des Mineurs de Berck. Merci Christian et bravo pour ton blog.

   Je ne pouvais pas ne pas vous les faire voir :

relaisnr147sept198219.jpgrelaisnr147sept198222.jpgrelaisnr147sept198221.jpgrelaisnr147sept198220.jpg

   De plus, cet article donne quelques précisions intéressantes sur l’histoire de l’hôtel :

histoire.jpg

L’hôtel Régina de Berck

Posté : 14 avril, 2010 @ 6:53 dans Famille, Histoire, La Mine, Le Nord | 12 commentaires »

  Suite aux commentaires de Valère et Brigitte sur l’article sur La Napoule, voici donc présenté l’hôtel régina de Berck, autre centre de vacances des HBNPC.

Dans le contexte de la bataille du charbon après la libération, les toutes jeunes Houillères du Bassin du Nord/Pas-de-Calais mettent en place un ambitieux plan social afin d’attirer de la main-d’œuvre. Les réalisations vont de la construction de logements à l’organisation des vacances du personnel. Ainsi, deux centres de congés, le premier au château de La Napoule (Côte d’Azur), le second à l’hôtel Régina à Berck-Plage (Côte d’Opale) permettront d’accueillir à la mer, pendant plus de 40 ans, les mineurs et leur famille.

Comme pour La Napoule, c’était un tirage au sort qui désignait les familles de mineurs qui pouvaient bénéficier d’un séjour à l’hôtel Régina. Ils sont nombreux à y avoir connu leur premier repos et à avoir vu la mer pour la première fois…

relais.jpg

L’endroit avait été une maison de santé au début du 20ème siècle. 

avant.jpg

En 1952, les Houillères du Bassin du Nord et du Pas De Calais achètent cet hôtel à Berck Plage. C’est un immense bâtiment blanc, de style des grands hôtels, situé non loin de la plage. Les HBNPC le transforment en centre de Repos.

facade.jpg

Après des travaux de réparations et de mise en état, le centre fut mis en service le 4 Juin 1952. D’abord ouvert pour des séries de 200 personnes, il put accueillir, dès Août de la même année, 400 estivants à la fois, la totalité des chambres disponibles étant mise en service.

L’hôtel Régina a accueilli de nombreuses ouvriers et employés des houillères avec les congés payés, et plus particulièrement après la Seconde Guerre Mondiale. «  L’hôtel était exclusivement réservé aux mineurs et à leurs familles, raconte Romuald Vignon, l’actuel directeur. Le prix était en fonction de leurs ressources, et ils étaient choisis par tirage au sort . Ils arrivaient en nombre, n’étaient qu’entre mineurs, et c’était leurs seules vacances de l’année. Le Régina, est devenu une institution ».

« Ch’étot bien l’vie à l’Hôtel sans rien faire et cha, déjà ch’est surtout chés femmes qui l’appréciotent  grimmint» raconte un ancien mineur ; les balades sur l’avenue du Général de Gaulle, l’esplanade, la rue de l’impératrice, la place de l’entonnoir, la plage, le casino, le phare.

L’intérieur de l’hôtel, ce n’était pas le grand luxe mais tout était bien fonctionnel et largement suffisant pour des familles habituées à vivre dans les corons. 

La salle à manger …

salleamanger3.jpg

… et sa grande fresque murale 

fresque.jpg

Le bar

bar2.jpg

Une chambre 

chambre.jpg

La cour 

cou2r.jpg

La salle de lecture 

sallelecture.jpg

La salle de spectacle 

sallespectacles.jpg

Les cuisines

cuisine.jpg

Romuald Vignon, lui-même fils de mineur, a repris l’établissement en 1999, alors qu’il était selon lui à l’état de «taudis ». Après de gros travaux, les trois ailes de cette énorme bâtisse offrent en tout quatre-vingt-douze chambres. Aujourd’hui, certaines familles ou veuves de mineurs, un peu nostalgiques, continuent de venir en vacances à Berck et représente encore une grosse partie de la clientèle. « D’anciens mineurs continuent de venir, même souffrants. Beaucoup sont décédés à cause de la silicose, mais leurs veuves viennent toujours, elles ont autour de 80 ans. » 

aujourdhui.jpg

L’hôtel Régina aujourd’hui

La Centrale de Vendin-le-Vieil

Posté : 29 mars, 2010 @ 6:43 dans Famille, La Mine, Le Nord, Lens, Vendin | 17 commentaires »

            Cette fois c’est mon beau-frère Jean-Marc de Wingles que je remercie pour les précieux renseignements et explications qu’il m’a donné ainsi que pour la balade qu’il m’a offerte sur le site de la Centrale de Vendin. Cet article sur la Centrale de Vendin est dédié à mon père qui y a travaillé une grande partie de sa carrière. 

            Certains renseignements ont aussi été tirés du blog de Chefcruchot consacré à la commune de Vendin-le-Vieil et à voir ici : http://chefcruchot.vip-blog.com/

           Les Mines de Lens possédaient à Vendin-Le-Vieil deux  sièges d’extraction, les fosses 8 et 10 et d’importantes usines de traitement du charbon : une cokerie, une usine à briquettes, un lavoir central, une centrale électrique et d’importants parcs à stocks. Vendin possédait de nombreux moyens de communication dont un rivage sur le canal de la Deûle pour l’expédition du charbon en péniche, un réseau de voies ferrées relié aux lignes de la SNCF et une station pour l’entretien des locomotives. 

       La centrale thermique sert à fabriquer  de l’électricité à partir de la combustion du charbon. Pour les compagnies minières, la centrale thermique est une nécessité. Très vite à la fin du XIX et début du XXème siècle, les puits des mines ont été électrifiés : d’abord les bâtiments puis les machines et le fond. La demande électrique est devenue croissante. Très vite, la fabrication d’électricité est devenue indispensable, puis rentable voire lucrative.

1909.jpg

     En 1909, la Centrale de Vendin est construite. Seules deux cheminées existent à l’époque. Elle comprend plusieurs groupes. Un groupe basse pression de 32MW, un autre de moyenne pression de 46 MW (Un autre groupe de 40MW  haute pression sera installé en 1947).On remarque qu’alors les six réfrigérants sont en bois. Le courant électrique de la centrale de Vendin alimenta dès le début du siècle, par l’intermédiaire de la Compagnie Electrique du Nord, filiale de la Compagnie des Mines de Lens, un réseau de distribution de plus en plus étendu. 

 

    Déjà à cette époque, la centrale est pourvue d’une piscine. C’est plutôt un bac de rétention d’eau mais il permet aux enfants des ouvriers des Mines de s’ébattre joyeusement. Des courses de natation, des joutes et autres jeux sur eau y avaient souvent lieu. A l’arrière-plan, les cabines de déshabillage jouxtent les réfrigérants en bois. 

 

piscine1914.jpg

         La Centrale, comme toutes les installations de Vendin eut à souffrir de la première guerre mondiale. Mais les dégâts ne furent pas si importants qu’à Lens.

guerre1418.jpg

        Aussitôt la fin de la guerre, la priorité fut de remettre en service la fosse 10 afin d’alimenter la Centrale en charbon. L’énergie produite par la Centrale était absolument  nécessaire à la reconstruction. 

       Dès la fin du conflit, la fosse 10 est remise en service afin d’alimenter la Centrale en charbon afin de fournir l’énergie électrique nécessaire à la reconstruction.

1921.jpg

En 1925, une troisième cheminée est construite

1925.jpg

La centrale est modernisée : ci-dessous la salle de commande et celle des turbines

intrieur.jpg

Un nouveau groupe de batteries est construit en 1927

 

batterie1927.jpg

Vers 1930 apparaît le premier réfrigérant en béton appelé à remplacer ceux en bois.

refri30.jpg 

En 1936, construction de la quatrième cheminée :

1936.jpg

La centrale possédait aussi son château d’eau :

chateaueau.jpg

    Puis arrive la seconde guerre mondiale. Dès le début de l’invasion allemande, la Centrale est visée par les bombardements alliés. Voici des extraits de ce que raconte le Brigadier de Police de Vendin dans un rapport à son supérieur : « Le 30 juin 1941, vers 18h30, un groupe de 30 avions britanniques … a lancé 27 bombes de différents calibres sur la centrale à vapeur de la Société des Mines de Lens. Un incendie s’est déclaré dans le magasin à huile… Les installations de la centrale ont été fortement endommagées et il est impossible à l’heure actuelle, d’évaluer les dégâts… La Compagnie a eu ses lignes sectionnées… Deux de ces engins ont détruits des immeubles, il y a eu 3 blessés ». 

     Vendin sera au total 21 fois bombardé pendant cette guerre (dont une seule fois par les Allemands) causant la mort de 29 civils. 

     Le dernier bombardement sera la plus cruel en juin 44 avec 11 victimes.

     Cependant, la centrale n’est finalement pas très abimée.

bombard1944.jpg

       1945 : la Guerre est finie, il faut à nouveau reconstruire et produire au maximum. La Centrale de Vendin participe à sa manière à la bataille du charbon. C’est la nationalisation, la Centrale devient propriété des HBNPC, groupe des Mines de Lens. 

    Elle connaît ses heures de gloire. De loin, ses trois immenses réfrigérants surplombent la commune de Vendin le Vieil. 

 

1960.jpg

     La centrale est très proche de la ville. On y emploie de nombreux ouvriers venus de la mine ou d’ailleurs.

ouvrier.jpg

Départ en retraite d’un ouvrier de la centrale de Vendin dans les années 60 :

 

retraite.jpg

         Mais ce qui reste le plus dans les souvenirs des Vendinois (et des autres), c’est certainement la piscine. Composée de 3 bassins et située en plein cœur de la centrale, au pied des réfrigérants, chauffée par l’énergie produite, elle était dans les années 50/60 l’une des rares piscines découvertes de la région.  L’entrée de la piscine se trouvait rue Bucquet.  

        La piscine était. Son activité déclina suite à l’ouverture en 1966 de la piscine de LENS et la cessation d’activité de la Centrale. Elle fut détruite en 1985 (voir photos plus loin) 

 

piscine201.jpg

piscine202.jpg

      Puis arrivèrent les années 60 et la fin programmée des houillères. Les puits fermèrent à tour de rôle. La Centrale ne survécue pas à ce raz-de-marée.        Elle fermera définitivement en 1972, 

les réfrigérants ne fumeront plus : 

 

finrefrigerants.jpg

Les installations se dégradent :

finabandon.jpg

        Pendant 13 ans, la centrale est laissée à l’abandon. Il a fallu attendre 1985 pour voir les premiers travaux de destruction : 

Les cheminées tombent à tour de rôle : 

 

finchemine.jpg

La piscine est détruite :

finpiscine.jpg

      Aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace de la Centrale comme le montrent ces deux photos aériennes prises du même endroit : 

terraincentrale0.jpg

terraincentrale.jpg

      Le terrain où elle se trouvait est devenu un espace vert qui sert à l’occasion de lieu de promenade.

 

fin.jpg

Une dernière photo

Posté : 12 mars, 2010 @ 3:15 dans Avion, Histoire, Le Nord | 2 commentaires »

J’ai retrouvé une autre photo de la Cité des Cheminots. Il s’agit de l’école des garçons qui se trouvait rue Théo Salingue. Je l’ai comparée avec une photo d’aujourd’hui. Le commerce semble être le dernier bâtiment d’époque à avoir survécu dans ce quartier (le cabinet médical qui se trouvait derrière rue Alexandre Gressier a lui aussi été rasé). A l’époque il proposait le tabac et la presse comme aujourd’hui mais aussi des jouets et la possibilité de téléphoner.

ecole1.jpg

ecole2.jpg

Aujourd’hui, l’école des garçons a été remplacée par le grand édifice de l’école élémentaire Joliot Curie.

 A signaler qu’aucun « estaminet » n’existait dans la cité des cheminots, c’était le souhait de Dautry, le concepteur. Le seul endroit où les cheminots pouvaient se désaltérer était le bar de la salle des Fêtes.

 

La Cité des Cheminots

Posté : 11 mars, 2010 @ 6:23 dans Avion, Le Nord, Lens | 35 commentaires »

      Avant-propos: Un grand merci à mon beau-frère Gilbert et à ma grande soeur Geneviève pour leur participation à cet article de par leurs souvenirs personnels ou leur intervention auprès de la mairie d’Avion. Gilbert est « mondialement » connu dans la cité des Cheminots pour avoir été pendant quelques années le gérant de la Salle des Fêtes mais aussi pendant plusieurs décennies vendeur à l’économat avant de finir sa carrière de Cheminot à la Section Equipement de Lens puis d’Arras.

gilgen.jpg

Gilbert et Geneviève à l’époque où ils s’installèrent à la Salle des Fêtes   

     Bien qu’elle ne soit pas sur le territoire de Lens, la cité des Cheminots fait partie intégrante de la ville. De tout temps, de nombreux cheminots habitant cette cité travaillaient à la gare de Lens ou dans les environs. C’est certainement son implantation première, le long de la côte de la cité Mongré, rue d’Avion qui a donné à cette cité le nom de « Cité des Cheminots de Lens ». 

     Lorsque vous arrivez à Avion en provenance de Lens, vous passez sous la voute piétonne du pont Bourel et vous tournez à gauche. Là, vous rencontrerez quelques commerces sur votre droite puis, un peu plus loin, une chapelle sur votre gauche. Vous êtes arrivé en plein cœur de la Cité des Cheminots. 

bourel01.jpg

bourel02.jpg

 Le Pont Bourel hier et aujourd’hui    

     HISTORIQUE :

    A la fin du XIXème siècle avec les mines et les chemins de fer, Avion s’agrandit vite. Des coopératives ouvrières voient le jour. Les corons miniers côtoient les cités des cheminots. Pour loger les premiers cheminots de cette fin de siècle, la Compagnie du Nord fait construire un lotissement de plus d’une centaine de maisons à proximité du dépôt de locomotives en 1884  à l’emplacement de l’actuelle cité Montgré. Cette cité est alors considérée comme à la pointe du progrès. 

avant1914.jpg 

     Comme la plus part des communes de la région, elle sera intégralement rasée par les bombardements de la Première Guerre Mondiale. 

1918cit.jpg 

    Après la libération, le fonçage des puits de la fosse 7 d’Avion commence en 1920 et le siège redémarre son exploitation en 1924. Parallèlement la compagnie de chemins de fer du Nord intensifie son trafic. Le triage de la gare de Lens se développe, on en reconstruit le dépôt sur le territoire d’Avion. La reconstruction des habitations de la cité des cheminots a débuté en 1922 et regroupait 700 à 800 logements à cheval sur deux communes (Avion et Méricourt). 

reconstr01.jpg 

     Les logements sont construits avec les moyens du bord et ont un « look » particulier, bien différent des Cités minières. L’idée vient de Raoul Dautry, ingénieur en chef de l’entretien du réseau du Nord et administrateur de la Société d’études générales, urbaines et sociales. (A la Libération, il sera nommé ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme dans le Gouvernement provisoire du général de Gaulle). Il est l’initiateur de nombreuses cités ouvrières pour les cheminots. 

reconstr02.jpg   

     Les Cités sont bâties pour fonctionner seules et de manière autonome avec leurs propres infrastructures.  La photo aérienne ci-dessous montre la forme ovale de la Cité d’Avion : insérée entre les lignes de chemin de fer, à proximié immédiate du dépôt, il semble que la cité veuille se démarquer du reste du paysage local.

cit.jpg

     Les cheminots vivaient un peu en autarcie dans la cité et faisait leurs courses a l’économat. Il y a en effet un sentiment d’appartenir à une famille. D’ailleurs on se dit tous bonjour, on se tutoie, on a le même outil de travail, chacun s’en occupe selon ses capacités, mais sans l’un l’autre ne peut plus travailler. 

    La cité possède ses écoles élémentaires : 

ecole01.jpg 

ecole02.jpg 

Sa salle des fêtes qui servait aussi de cinéma : 

cinema.jpg 

      Voir l’article sur la Salle des Fêtes sur le blog d’Olivier Joos consacrés aux cinémas du Nord-Pas de Calais ici : http://cinemasdunord.blogspot.com/2010/01/le-cinema-de-la-cite-des-cheminots.html

Son école ménagère : 

ecolemenagere.jpg 

Et même sa propre place des sports : 

placesports.jpg

LA CITE SFCI            

    A la fin des années 50, pour répondre à la demande de logements locatifs de plus en plus nombreux, a été créée la cité SFCI entre le stade Javary et le dépôt sur un terrain appartenant à la SNCF. Ce lotissement était habité par des familles de jeunes cheminots et comprenait une centaine de logements réparties en 4 blocs.  Au centre des immeubles se trouvait une aire de jeux.

sfci.jpg 

Une famille pose devant les logements de la cité SFCI 

LA SECONDE GUERRE MONDIALE : 

     La cité des Cheminots a souffert de ce conflit. Alfred Buquet raconte dans son journal « Lens et la Seconde Guerre Mondiale » dans les dossiers de Gauhéria (n°38 de septembre1997): Nuit du 20 au 21 Avril 1944 

     « Entre la cité des cheminots à Avion et la fosse 4 de Liévin, le sol est bouleversé, des bombes à retardement éclatent encore le soir du 21. 1500 bombes larguées par les Britanniques sur le dépôt, la Cité des Cheminots fut gravement endommagée et beaucoup d’habitants périrent dans leur sommeil, ensevelis sous les décombres. Le spectacle est terrifiant : maisons écroulées, rues et jardins creusés d’immenses cratères, débris de toutes sortes, chaos indescriptible. Le soir, on compte 110 morts et les recherches sont loin d’être terminées.  Le 26 avril, se seront 236 victimes qui seront inhumées ». 

bombcite44.jpg 

Photo issue de la revue Gauhéria n°38 « Lens et la seconde guerre mondiale » 

     Voici un extrait du récit d’un témoin qui avait 18 ans à l’époque du bombardement d’AVION, dans la nuit du 20 au 21 avril 1944 : 

      « A 23 h 30,  on entend les avions. Ceux ci lancent des fusées qui éclairent comme en plein jour. Pendant 30 minutes. Nous étions dans l’enfer. Enfin, les bombes cessèrent de tomber et les avions s’éloignèrent. Une fois dans la rue, nous apercevons une grande lueur du côté du dépôt et une autre vers la cité du 4. Deux jeunes hommes viennent de la cité des cheminots et disent qu’il y a de nombreux morts et que la plupart des maisons sont détruites. 

      Le lendemain, avec deux copains, je vais voir les dégâts à la cité des cheminots. On ne voit partout que des maisons abattues, des trous de bombes, les habitants évacuent. Des arbres sont déracinés. Sur la route qui mène à l’économat, on ne voit que des maisons démolies. La rue est trouée de trous de bombes». La cité sera de nouveau bombardée le 11 mai. 

LA RESISTANCE : 

     Les cités cheminotes, les centres de voies ferrées, les dépôts, les triages, les ateliers et les gares sont un véritable maquis et quelqu’un qui ne connait pas le terrain a du mal à se repérer; c’était le cas pour la sinistre Gestapo et ses agents. Toutes les catégories de cheminots ont participé aux actes de résistance, à Avion comma ailleurs. Les premiers actes de sabotage ont eu lieu très tôt, dès l’hiver 1940-1941.

     Les cheminots ont également été victimes de la répression. Elle s’organise en deux périodes : jusqu’à la fin de 1941, la répression s’intéresse surtout aux militants communistes. Ils sont pourchassés soit sur dénonciation, soit sur liste, soit pour des activités militantes. À partir de 1942-1943, la répression frappe tous les mouvements de résistance. 

Le Monument aux cheminots résistants 

monument.jpg

     Au cœur de la cité des Cheminots, sur la Place des Martyrs de la Résistance, se dresse le monument en l’honneur des cheminots résistants de la guerre 39-45 inauguré le 7 mai 1972. Les plans du monument ont été dressés par un cheminot : Jean ANTONIAZI. 

   Une voie ferrée monte au milieu d’un massif fleuri, elle se termine par des rails tordus en forme de flamme enchevêtrés de traverses. Cette mise en scène simule un sabotage de voie.

L’ECONOMAT : 

    Après la première guerre, lors de la construction de la cité à Avion, une coopérative et une boucherie furent installées près de la salle des Fêtes (rue Alexandre Gressier, où se trouve aujourd’hui la salle Roger Blezel).

cooprative.jpg

On distingue la coopérative sur la gauche de la salle des Fêtes.

    Après la bombardement de 1944 qui a détruit la bâtiment, c’est l’économat de la cité qui reprit les ventes de la coopérative. Il se situait rue Marcel François, près de la ligne de chemin de fer. On y trouvait de tout à l’économat : de l’alimentation, des vêtements, des ustensiles de cuisine, des outils, de la mercerie, des produits de jardinage, de l’électroménager et même du charbon qu’on faisait livrer à domicile…Toujours des prix imbattables… Les économats étaient gérés par des commissions paritaires constituées de représentants de la direction et d’élus des salariés. Les dépenses des cheminots pouvaient être prélevées directement sur leur salaire.

   Le premier économat d’Avion était constitué d’un bâtiment en dur pour la boucherie et de deux autres en bois pour les autres commerces et la réserve. Les marchandises arrivaient par wagon sur une voie férrée longeant l’économat.

   Vers 1966-67, devant la vétusté des bâtiments, la SNCF décida de construire un nouvel économat sur un terrain de 590 m2 lui appartenant près des anciens bâtiments.

    Avec l’arrivée des grandes surfaces, les économats sont devenus moins intéressants pour les cheminots. Celui d’Avion a été fermé au printemps 1980. Aujourd’hui, il ne reste plus rien des bâtiments de l’économat : un nouveau lotissement a été construit à la place.

citeeconomat.jpg


LE TRAMWAY : 

    Un petit chemin de fer à voie de 60 cm a été créé en 1923 par le conseil d’administration de la cité des cheminots de Lens pour désenclaver les habitants : le petit train, surnommé le tramway, les conduisait jusqu’à la gare de Lens où il avait son terminus avec quai à l’intérieur de la gare du réseau Nord et comportait 4 stations dont sur la photo celle des écoles. 

tramway.jpg

    La loco provenait des mines de Courrières.  Il y avait 3 voitures à bogies construites par les cheminots de l’atelier de Lens. Ce train permettait aux cheminots de la gare de Lens de se déplacer entre leur logement et leur lieu de travail : c’était l’ancêtre des navettes automobiles qui relient toujours aujourd’hui la gare de Lens à la Cité pour principalement les conducteurs qui sont en repos loin de chez eux au foyer des roulants de la cité.

foyer.jpg

Le foyer

LES SPORTS : 

   L’US Cheminot, club de football, a été constitué après la première guerre mondiale en 1921 et était composé uniquement d’employés de la SNCF. Il avait été créé par le district SNCF du dépôt de Lens. Un baraquement en bois, tout proche de l’économat, servait de bureau et de vestiaires. Pour rejoindre le nouveau terrain de foot du stade Javary il fallait emprunter le tunnel réservé aux piétons et qui existe encore. Il passe sous les voies ferrées du dépôt de locomotives de Lens. 

javary.jpg

Ci-dessous, l’une des premières équipes de l’USC (photo La Voix du Nord) : 

foot.jpg

   Tout près du stade Javary, une piscine avait également été construite. 

piscine.jpg

LE DEPOT :     

      D’après les archives du réseau du Nord, on peut considérer que le premier dépôt fut édifié en 1884 dans un triangle formé par les voies principales Arras-Dunkerque, Lens – Don-Sainghin et Hénin Liétard qu’on nomme le raccordement d’Avion. En 1918, à la fin de la Première guerre mondiale, le Dépôt est entièrement détruit. 

depot1918.jpg

    C’est en 1921  qu’est édifié un nouveau dépôt  à cheval sur les communes d’Avion, de Sallaumines et de Méricourt : deux bâtiments sont construits. 

depot1923.jpg

    Dans la nuit du 20 au 21 avril 1944, des avions britanniques bombardent le dépôt. Les remises et le matériel subirent de nombreux dégâts. Le 11 mai, nouveau bombardement du dépôt mais seulement deux bombes atteignent leu cible et occasionnent peu de dégâts. 

bombdepot44.jpg

Photo issue de la revue Gauhéria n°38 « Lens et la seconde guerre mondiale »

     Il est électrifié le 22 Octobre 1957 et l’arrivée des premières locomotives électriques signe la fin prochaine de la vapeur. Les installations du dépôt sont modernisées pour recevoir ces nouveaux engins. 

Une vue aérienne du dépôt dans les années 60 : 

depot1960.jpg 

    1963 voit la dernière des locomotives à vapeur quitter le dépôt et  l’arrivée des locomotives diesel de la série BB 63000 et électriques de la série des 17000. 

17000.jpg 

     C’est en 1973 qu’une des trois voûtes de la remise est démolie. En 1994 l’établissement de maintenance du matériel de Lens (EMM de Lens) se transforme pour accueillir de nouveaux engins. Au dépôt est annexée l’Antenne du Pôle Régional de Formation qui reçoit en permanence des groupes d’élèves, apprentis conducteurs ou confirmés en recyclage. 

ecolesncf.jpg

La chapelle Saint Eloi  

     Jamais deux sans trois ? Qui ne connaît l’histoire de cette chapelle, fierté des habitants de la cité des cheminots d’Avion, détruite à deux reprises par incendies d’origine criminelle : la première chapelle, toute en bois, incendiée dans la nuit du 21 au 22 septembre 1970, la seconde, bien que construite en dur, dans la nuit du 29 au 30 mai 2004. 

 chap1.jpg

chap2.jpg

Les deux premières chapelles

  C’est le mardi 16 janvier 2007 à Arras en présence de Mme Darras, au nom du service immobilier diocésain et de M. Montaigne, architecte que la décision est prise de reconstruite une troisième fois la chapelle.

    Le chantier démarre le 6 février 2007 après la signature des marchés de travaux le 30 janvier. La nouvelle chapelle a été bénie par Monseigneur Jean-Paul Jaeger et mise en service le 18 mai 2008.

 chap3.jpg

LA CITE AUJOURD’HUI VUE PAR UN ANCIEN CHEMINOT 

     La Cité a beaucoup changé…Ce n’est plus la même ambiance, les Cheminots ont pratiquement « disparu », il n’y a plus beaucoup de jeunes. Maintenant il y a beaucoup de personnes « étrangères » à la SNCF. On a vu arriver d’autres professions. Avant on vivait entre Cheminots, on avait nos problèmes de Cheminots, on se comprenait, on était tous dans le même bain, on était réellement soudé. Mais la Cité évolue. 

bonnier1.jpgbonnier2.jpg

La rue du Bonnier hier et aujourd’hui

12
 

De la guerre dans l'art, de... |
Anglais pour non-spécialist... |
videohistgeo6eme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lelampiste
| histgeo4emelaprovidence
| Le blog de la réserve opéra...