Le Lensois Normand

Tome 2

Le Pouvoir de la Presse

Classé dans : Le Nord,Lens — 23 août, 2010 @ 8:31

  C’est avec ce titre que « La Voix du Nord » parle encore de mes blogs dans l’une de ses dernières éditions.

  Ceci prouve que les relations entre la presse et les blogeurs peuvent être très courtoises. Contrairement à l’AFP qui menace maintenant de faire fermer les blogs qui utilisent leurs articles au nom du ‘droit d’auteur’ (articles qui ne sont pourtant pas toujours de grandes oeuvres artistiques ou littéraires), la rédaction de La Voix du Nord a compris qu’aujourd’hui les groupes de presse feraient mieux d’accompagner les sites ou blogs d’information plutôt que de les combattre.

  Merci encore à la Voix du Nord pour ce nouveau coup de pub et … OK, on tente les 100 connections/jour même si la barre est haute.

claude001.jpg

  24 août 2010 : Le contrat n’a pas été rempli mais de très peu : 98 connections hier et plus de 250 pages visitées. Merci à tous.

Précisions sur « La ferme des Mines de Lens »

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 12 août, 2010 @ 9:37

  Suite aux recherches demandées par Michel concernant le silo de la ferme des mines de Lens du Bois Rigault, j’ai trouvé un article sur un livret appelé « Métamorphoses » : Déconstruction, reconstruction, regard sur le patrimoine urbain lensois à travers les archives » publié par le service des archives municipales de Lens à l’occasion de l’exposition présentée au Colisée du 9 au 29 juin dernier.

  En page 57, on peut lire : (je cite) « Le domaine foncier de la Compagnie des Mines de Lens englobait jusqu’à la nationalisation des Houillères plusieurs centaines d’hectares de terres ….. En 1914, la Compagnie possédait 851 hectares de terres labourables…. Cet ensemble était composé de 5 centres d’exploitation : la ferme du Bois-Rigault à Vendin avec une petite annexe à Loos-en-Gohelle, la ferme de la Perche à Lens (près de la rue du Pôle Nord), la ferme de la Marlière à Meurchin et UN CENTRE D’APPROVISIONNEMENT ET DE STOCKAGE A VENDIN …. Après la nationalisation (1946), une partie du domaine des Mines de Lens fut reprise par la Société Agrilens, culture et commerce des céréales). »

  C’est donc bien ce centre que recherchait notre ami Michel. Son exploitation a t’il cessé dès 1946 ?  Je n’ai rien trouvé du côté d’Agrilens. A suivre !!!!

  Et les Mines de Lens ne possédaient donc pas une seule ferme mais trois.

 

La fin d’un géant

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 9 août, 2010 @ 7:53

   Sur le territoire de la ville de Lens, il ne reste plus un seul chevalet debout. Je dis bien « chevalet » et non « chevalement » n’en déplaise aux puristes car c’est bien ce terme qui était utilisé dans les corons.

  Les chevalets encore debout les plus proches se situent à Loos-en-Gohelle (fosse 11-19) et à Liévin (fosses 1 bis de Liévin et 3 de Lens à Saint Amé).

  Celui-ci avait environ 50 ans lorsqu’il a été abattu (il avait été reconstruit dans les années 20 après avoir été détruit par les Allemands en 14-18). C’était celui de notre cité : la fosse 14. Il est tombé en 1974. Merci à Maurice Dhédin de m’avoir fait parvenir ces documents qui drainent tout de même avec eux un brin de nostalgie.

  La fosse 14 après sa fermeture :

mc01.jpg

   L’agonie du géant :

mc03.jpgmc04.jpgmc05.jpgmc06.jpgmc07.jpgmc08.jpgmc09.jpg  

Le coin des Internautes Lensois

Classé dans : Histoire,Lens,Les amis — 8 août, 2010 @ 8:00

  Ce qu’il y a de bien aussi avec Internet, c’est que l’on peut tisser des liens avec des personnes dont on ne soupsonnerait même pas l’existance ! C’est ainsi que deux « amoureux » de l’histoire de Lens sont entrés en contact avec moi et me donnent des renseignements qui complètent certains de mes articles.

  D’abord, c’est Martine qui, suite aux sujets sur la colonie de Grossouve, m’envoie ce document. Une classe du Lycée Condorcet dans les années 50 où l’on voit Monsieur Saintobert entouré de ses élèves.

   Elle m’annonce par la même que Monsieur Saintober est décédé en mars 2010 à l’age de 89 ans.

classecondorcet2.jpg

  Puis Michel qui recherchait des renseignements sur le silo de ravitaillement qui se trouvait près de la ferme des Mines de Lens. Il a appris par une de ses tantes qu’on pouvait accéder au silo par la route de La Bassée car il était plus près de cette route que de Vendin.

  Il m’envoie ensuite deux documents. Une reproduction de ce silo :

silograins.jpg

   Et une superbe photo prise en 1935 de ses grands-parents sur le quai de ce silo :

silograndsparents.jpg

    Si vous aussi possédez des documents pouvant illustrer ou compléter certains articles, n’hésitez pas à me les envoyer par mail à klote76@sfr.fr .

Les Chemins de Fer des Mines de Lens (1)

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 6 août, 2010 @ 6:31

vuillemin.jpg 

Médaille en l’honneur d’Emile Vuillemin

Dans le rapport sur « Le Bassin Houiller du Pas de Calais », d’Emile Vuillemin ( Ingénieur aux Mines d’Aniche) au début du XXème siècle, on peut lire : « La Compagnie de Lens, songea, dès l’adoption du tracé de la ligne des houillères, à y relier ses fosses par un embranchement. Un décret du 9 mai 1860 autorisa la construction de cet embranchement, non seulement jusqu’à la gare de Lens mais encore jusqu’au canal de la Haute-Deule (vers Loison). Cette voie vers le canal partant de la fosse 2 coupait la Route de Lille à hauteur de l’embranchement vers Loison.

carrefourloison.jpg

 Un deuxième décret du 10 juillet 1862 autorise la construction de la ligne jusqu’à la fosse 3 de Lens à Liévin (par les fosses 9 et 9 bis).

Une partie des installations ferroviaires du 9 :

citdu9.jpg

 De la fosse 9, la voie ferrée rejoignait la « Gare du Nord » par un pont attenant au Pont Césarine :

pontcesarine.jpg

 C’est le 3 janvier 1875 qu’un nouveau décret autorise la construction d’une ligne de 8 kilomètres partant de la Fosse Saint Elisabeth pour relier Violaines (sur la ligne de Lille à Béthune des Chemins de fer du Nord) par la fosse 2, Vendin, Wingles et Douvrin.

plansteelviolaines.jpg

 115 ans plus tard, par un décret en date du 1er août 1990, toutes ces lignes de chemins de fer seront incorporées au réseau ferré national géré par la SNCF.

A la fin des années 1800, la Compagnie possède 43 kilomètres de voies ferrées exploitées par 8 locomotives, plus de 300 wagons mais aussi 3 voitures spéciales pouvant contenir chacune 60 voyageurs.

Une partie de l’activité ferroviaire de la fosse 1 avant la 1ère guerre :

fosse1avant14.jpg

 Sur la carte de Lens en 1957 ci-dessous figurent en vert, les lignes des Chemins de Fer des Mines de Lens exploitées uniquement pour le transport des marchandises et en bleu, la ligne Lens-Violaines où circulait aussi des trains de voyageurs.

plandesvoies.jpg

 Près de la fosse 1 et du Stade Bollaert, se trouvaient le dépôt des locomotives et un atelier d’entretien et de réparation.

L’atelier des Mines avant la guerre 14-18 :

ateliers1.jpg

 Le dépôt et l’ensemble ferroviaire des Mines après la 1ère guerre avec à droite la Route de Béthune et à gauche le Stade Bollaert :

fosse1apres14.jpg

Les Chemins de Fer des Mines de Lens (2)

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 6 août, 2010 @ 6:31

 Une autre ligne empruntait en partie le territoire de Lens : Elle partait de la fosse 11, puis par les fosses 12 et 14 rejoignait la fosse 8 et le triage de Vendin.

Au pied des terrils de la fosse 11 l’origine de cette ligne :

ligne118fosse11.jpg

 Sur cette photo de la Route de Béthune, on distingue à gauche le pont de chemin de fer :

ligne118routebethune.jpg

 Les installations ferroviaires de la fosse 12 :

ligne118fosse12.jpg

 En bas de  cette photo de la fosse 14, le tracé de la voie se rendant vers Vendin :

ligne118lafosse14.jpg

 Cette ligne était reliée à celle des Chemins de Fer du Nord (puis ensuite à la SNCF après la nationalisation des compagnies de Chemins de fer) par la triage de Vendin

ligne118vendin.jpg

 C’est cette voie ferrée que l’on voyait de notre maison de la rue Lamennais à la fosse 14. On y voyait circuler ces grands convois de charbon conduits par les grosses locomotives diesel de couleur orange :

ligne118locoorange.jpg

  Parfois, le conducteur habitant le quartier ou ayant de la famille dans la cité faisait fonctionner son sifflet pour les saluer.

Les Chemins de Fer des Mines de Lens (3)

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 6 août, 2010 @ 6:31

 Le petit train Lens-Violaines

       Certains l’appelaient le petit train pour le différencier des lignes S.N.C.F. mais il y avait sept ou huit wagons quand même ! Il fut mis en service dès la fin du XIXème siècle pour transporter les mineurs qui habitaient dans les communes environnantes.

         Le petit train s’arrêtait dans tous les villages : Lens, Lens Grand Condé, Vendin fosse 8, Pont-à-Vendin rivage, Wingles, Douvrin, Auchy-les-Mines et La Bassée. Entre La Bassée et Lens, le trajet durait environ une heure. Les Mines de Lens employaient du personnel pour fleurir et entretenir les quais de gare. Tous les quais étaient fleuris, les haies soigneusement taillées, le parcours du petit train était très coquet, bien arrangé.

         Les gares de Vendin, Wingles, Douvrin et Violaines :

vendin.jpg

wingles02.jpg

douvrin.jpg

violaines.jpg

 A Lens, partant de la Gare Sainte Elisabeth, la ligne franchissait la rue Bollaert par un pont supérieur :

ruebollaert.jpg

  A ce sujet, il est encore possible d’apercevoir auhourd’hui un train sur ce pont ! Sur le site officiel de la Ville de Lens, il est diffusé des archives dont une sur le patrimoine des Mines de lens. On y voit furtivement un train franchir le pont de la rue Bollaert. C’est ici : http://www.villedelens.fr/Le-patrimoine-des-Mines

  Les vidéos diffusées dans cette page sur l’histoire de la ville sont passionnantes et pleines d’enseignements. Bravo au service des archives de Lens d’avoir pensé à les diffuser.

     Puis le train passait au dessus de la rue Elie Remaux (encore appelée à l’époque de la photo Avenue du 4 Septembre prolongée) :

rueremeaux.jpg

 Aussitôt franchi ce pont, dans les jardins des Grands Bureaux existait un quai baptisé « Quai de l’Impératrice » en souvenir de la visite à Lens de l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.

Sur cette photo, on voit sur la droite la ligne de Chemin de Fer menant à la fosse 2. La croix marque l’emplacement du Quai de l’Impératrice.

grandsbureaux.jpg

 Aujourd’hui, il ne reste de visible que les marches qui menaient à ce quai (merci à Christian de Liévin pour la photo) :

marchesquaiimperatrice.jpg

 Puis, cette ligne traversait les Rues du Pôle Nord (Souvraz aujourd’hui) et de Londres par des ponts supérieurs que l’on voit ici peu de temps après leur construction au début des années 20 :

pontruepolenord.jpg

pontruedelondres.jpg

 Puis elle rejoignait la fosse 2 et la gare du Grand Condé par l’emplacement exact où se trouve aujourd’hui la rue Hector Laloux.

ruelaloux.jpg

 Au Grand Condé (fosse 2) : l’emplacement de la gare aujourd’hui, juste au droit de l’arrêt de bus. Le pelouse que l’on aperçoit derrière était la plateforme de la voie ferrée qui s’en allait ensuite rejoindre Vendin.

grandcond.jpg

     Au fil du temps le petit train était devenu indispensable, Beaucoup de jeunes prenaient le train quotidiennement pour aller à l’école ou travailler à Lens. D’autres pour aller aux marchés des mardis et vendredis, d’autres encore pour assister aux matches du Racing Club de Lens. Le train se composait de petits compartiments avec des bancs disposés face à face ou des compartiments plus grands avec un banc de chaque côté et des piliers métalliques pour que les gens debout puissent se tenir. Certains montaient même leur vélo dans un wagon spécial et faisait une partie de leur trajet en train puis à vélo. En général le wagon à vélos était juste derrière la locomotive. Les trains étaient vert foncé mais avec la poussière de charbon et la vapeur, la couleur se ternissait. Chaque portière de wagon avait une glace verticale commandée par une sangle à la manière d’un store.

     C’était une petite voie minière mais il y avait tout de même une sélection parmi les voyageurs avec le système des premières et secondes classes. Il y avait le ticket individuel et la carte d’abonnement comme à la S.N.C.F, mais pour les mineurs et leur famille, c’était gratuit !

     Le train desservait les fosses pour transporter le personnel mais aussi des marchandises et en particulier du charbon. Le transport des voyageurs était plutôt accessoire. Le plus gros du trafic était consacré aux marchandises. Le service voyageurs du petit train s’est arrêté vers 1958, en remplacement, un réseau d’autobus a très vite était mis en place. Le trafic des marchandises a continué jusque la fin des années soixante-dix et même peut être jusqu’au début des années 80..

   Les ingénieurs des Mines, eux, se déplaçaient avec la draisine. Dans les gares, lorsqu’on voyait arriver une draisine, on savait qu’un cadre voyageait. Les draisines étaient des engins carrés dotés de sièges confortables, ce sont les autorités qui les empruntaient.

 

Les Chemins de Fer des Mines de Lens (4)

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens — 6 août, 2010 @ 6:31

 La gare Sainte Elisabeth

La gare Sainte Elisabeth fut construite dans les années 1920 et se trouvait face aux Grands Bureaux, rue Edouard Bollaert. Le bâtiment était légèrement surélevé, pour y accéder, il fallait monter quelques marches. C’était une bâtisse construite tout en hauteur avec une grande porte qui donnait sur un hall d’entrée. Elle fut pendant un temps le local de l’admisnistration de la ville de Lens jusqu’à la construction de la nouvelle mairie en 1966.

garesteelisabeth2.jpg

 La gare Sainte Elisabeth voisine de la fosse 1 possédait un dépôt de locomotives ,un atelier de réparation de wagons et un important faisceau de triage qui permettait de rejoindre les fosses 4 et 9 de Lens, St Amé de Liévin ,la fosse 5 (située à Avion) grâce au rebroussement situé sur le carreau du 9. Une autre ligne parallèle a la route de Béthune rejoignait le 12 bis et les fosses 11 et 16 situées à Loos en Gohelle. Elle si fut abandonnée  au début des années 60.

L’activité de la gare cependant se poursuivit encore jusqu’en 1977 : les derniers convois étaient des trains de schistes venant des secteurs de Noeux-les-Mines et Meurchin qui étaient envoyés au lavoir de Liévin avec un trafic conséquent puisque 3000 et 4000 tonnes jour y transitaient encore.

Le dépôt de locomotives fut abandonné au début des années 60 mais il ne fut rasé qu’au début des années 90. L’atelier de réparation des wagons semble avoir été en activité jusqu’en 1977. Les voies principales entre le triangle d’Eleu-dit-Lauwette et la bifurcation de la fosse 8 de Vendin furent démontées au cours des années 1978 et 1979 : Les emprises des voies furent transformées. La gare subsista jusqu’en 1982 , la fosse 1 dont le carreau servait encore de dépôt de matériel fut rasée en 1986.

Extrait de « Relais » n° 147 de Septembre 1982 :

demolitiongarese.jpg

Courage, Chefcruchot, on est là !

Classé dans : Les amis — 2 août, 2010 @ 5:56

   Vous avez souvent vu sur ce blog que je faisais référence au blog d’un vendinois , le « chefcruchot« .  Gendarme de profession, il a aujourd’hui besoin de tout notre soutien.

   Rappelez vous ce drame :

 Un gendarme grièvement blessé à Thélus

Un gendarme a été très grièvement blessé après avoir été percuté par une voiture qui a pris la fuite.
Le chauffard roulait à plus de 140 km/h au lieu de 90 sur la N17 à hauteur de Thélus, entre Vimy et Arras. L’automobiliste a percuté le gendarme de 49 ans vers 17h45. Cet adjudant de la brigade territoriale de Vimy effectuait une opération de contrôle de vitesse.
Le militaire est marié et père de deux enfants. Il a été pris en charge par le Samu d’Arras.

  C’est Martine qui nous a appris cette terrible nouvelle. Notre ami Jeanick est toujours dans le coma.

   Jeanick, tous les blogeurs du Nord-Pas de Calais sont avec toi.

   L’adresse de son magnifique blog sur Vendin : http://chefcruchot.vip-blog.com/

Le silo de Michel

Classé dans : Histoire,La Mine,Lens,Vendin — 28 juillet, 2010 @ 6:51

   En commentaire d’un de mes précédents articles, Michel CADART demande de l’aider à retrouver l’emplacement d’un silo à grain qui devait se trouver près d’une ferme appartenant aux Mines de Lens.

   D’après les renseignements dont je dispose (merci à « l’autre » Michel), cette ferme devait se situer au nord-est de Lens, dans le prolongement du Chemin Manot, près de la fosse 8 de Vendin. Par contre, ma source ne se souvient pas de la présence d’un silo. Voici une photo de cette ferme :

ferme1.jpg

   Et voici dont sur un plan de Lens de 1957, l’emplacement approximatif de la ferme tracé d’une croix bleue. A cet emplacement se trouve aujourd’hui la zone du Bois Rigault.

ferme.jpg

   En ce qui concerne ce fameux « Chemin Manot », il délimitait les limites du nord de la ville, allant de Souchez jusqu’à Vendin. Il portait le nom de l’intendant de Louis XIV qui le fit tracer pour éviter la forteresse qu’était alors la ville de Lens.

  A Lens, il empruntait les actuelles rues Léon Blum (de la barrière du 11 à la route de Béthune); Pierre Brossolette (de la route de Béthune au cimetière nord); Louise Michel (du cimetière à la Route de la Bassée) puis la rue des Renardières. Ce chemin a certainement ensuite disparu lors de la construction de l’Autoroute A21 puisqu’on en retrouve la trace à l’emplacement de l’actuelle rue Alfred Nobel à Vendin (où le Chef Gruchot  sur son blog à voir ici situe la ferme des Mines de Lens). A noter que sur le plan ci-dessus, l’actuelle rue Léon Blum était alors nommée « Rue Manot ».

  Ici, une photo du Chemin Manot à la cité du 12 :

cheminmanot.jpg

   Pour en revenir à la question de Michel CADART, je n’ai trouvé aucune trace d’un silo à grain du côté de la ferme des Mines de Lens. La seule chose qui pourrait y ressembler, c’est le gazometre de Vendin situé à proximité de la centrale (qui a fait l’objet d’un article précédent à voir ici) .

gazometre.jpg

 

1...56789...11
 

De la guerre dans l'art, de... |
Anglais pour non-spécialist... |
videohistgeo6eme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lelampiste
| histgeo4emelaprovidence
| Le blog de la réserve opéra...